Anniversaire des 80 ans de Poma

Panoramique montagne 1

Pomagalski, le petit grenoblois qui grimpe, qui grimpe …  C’est le titre d’un article de la revue Capital, consacré à Poma. Pour ne pas être en reste, nous vous proposons cette rétrospective de l’aventure Poma, en hommage à son fondateur.

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

leitwind-turbine-frontside

 

     Jean Pomagalski s’inspirant d’un remonte-pente installé au Col de Porte en 1934, présage le potentiel du système et construit, entre 1935 et 1936, un premier téléski à perches artisanales à l’Alpe d’Huez sur les pentes de l’Éclose. Il s’applique à perfectionner la technique et envisage de rendre les perches débrayables, afin de leur permettre d’être stockées en gare.

Après plusieurs tentatives de développement d’attaches débrayables qui ne donnent pas les résultats escomptés, il imagine en 1944 le système d’attache à douille. L’invention est installée pour la première fois sur le téléski du Lac Blanc à l’Alpe d’Huez, puis est perfectionnée en 1946 par un entaillage de la douille destiné à parer au glissement de la perche sur le câble. Les téléskis à perches débrayables fonctionnent, encore aujourd’hui suivant ce principe d’attache.

En 1958, il s’engage sur le marché du télésiège et en 1960 il livre un premier exemplaire commandé par James Couttet, le télésiège du Glacier des Bossons. En 1965, il lance les premières études pour la réalisation de la production d’une télécabine. Cela aboutit à la commercialisation des télécabines automatiques 4 places.

Au début des années 70, après le décès de Jean Pomagalski, Gaston Cathiard,  un homme de la montagne et de terrain, lui succède à la tête de la société. Il poursuit le développement de l’entreprise dans la lignée de la politique menée par son fondateur, avant de céder sa place à son fils, Jean-Pierre Cathiard, 10 ans plus tard.

Poma élabore ensuite des solutions de transport de passagers par câble, incluant notamment des télésièges fixes (4 et 6 places),  débrayables (4, 6 et 8 places), des télécabines (4, 6, 8, 10 et 16 places), des tramways aériens, des téléphériques, des télémix, des finitels, ainsi que des funiculaires. Plus de huit mille systèmes ont été installés dans de nombreux pays.

La plupart d’entre eux sont implantés dans des stations de sports d’hiver, ou équipent des parcs d’attractions ainsi que  des sites touristiques. Un nouveau marché s’est développé il y a une dizaine d’années, celui du transport urbain, où la situation ne permet pas l’implantation du métro (Colombie avec le Metrocable à Medellín, Taïwan à Taipei, dans Tianmenshan National Forest Park, en Chine dans le Parc National du Zhangjiajie, Roosevelt Island au cœur de Manhattan à New York, etc…)

Poma a également développé un secteur d’ingénierie  et de service  (réaménagement des espaces skiables, maintenance des installations, formation etc…)

Depuis le 31 mai 2000, Poma est entré dans le consortium de l’industriel italien Michael Seeber, par le biais de HTI BV, réunissant le groupe Poma et le groupe Leitner. C’est Jean Gauthier qui assure la présidence du directoire de Poma, succédé par Jean Souchal, quelques années plus tard, deux personnages clés de l’entreprise, qui ont également contribués à  son expansion.

En 2015, Poma entreprend dans le secteur énergétique, la fabrication et l’assemblage en Savoie, d’éoliennes, commercialisées sous le nom de Poma-Leitwind.

Avec le développement du ski et les incessantes avancées technologiques des matériels (télésièges, télécabines, téléphériques, transports urbains), la société créée par Jean Pomagalski, est devenue un des leaders mondiaux du transport par câble.

Crédit photographique :  www.remontees-mecaniques.net
 

 

 

Laisser un commentaire