Journée du 02 avril 2015 – Visite du Synchrotron et du Musée A Raymond

Visite du Synchrotron

 

Synchrotron 1

 

Qu’est-ce que le synchrotron? Comment ça marche? Quelle recherche y est faite ?
Chaque année il accueille des milliers de visiteurs qui viennent du monde entier.

Jeudi 2 avril c’est  une quarantaine d’Anciens Poma qui avaient rendez-vous avec les scientifiques pour découvrir l’ESFR (European Synchrotron Radiation Facility) pour une visite d’environ 2 heures 30,    comprenant une introduction générale dans le centre pour visiteurs, puis un circuit dans le hall expérimental pour découvrir les lignes de lumière où les scientifiques travaillent.

Situé sur le polygone scientifique de Grenoble, le Synchrotron est un grand bâtiment circulaire de plus de 300 mètres de diamètre, qui renferme un anneau accélérateur de particules, où des électrons sont entrainés à très haute vitesse   pour produire du rayonnement synchrotron afin de permettre d’observer la matière. Cet outil, de plus en plus utilisé pour la recherche scientifique, est partagé par 19 pays européens, et mis à la disposition de plus de 7000 scientifiques du monde entier.

Synchrotron carte

 

Le synchrotron se compose principalement des éléments suivants :
Un petit accélérateur, l’injecteur, qui prépare les particules à faible énergie,  des aimants de courbure, maintenant les particules sur une trajectoire circulaire, des cavités accélératrices destinées à augmenter,  ou maintenir  l’énergie des particules tournant autour de l’anneau,  des aimants de focalisation et defocalisation qui servent à maintenir la forme du faisceau (ils jouent le même rôle que des lentilles convergentes et divergentes).
Tout un ensemble d’appareillages annexes : Alimentation électrique des aimants de courbure et des cavités, systèmes à ultravide, sondes de contrôle de position et de forme du faisceau, systèmes d’injection et d’éjection, systèmes de refroidissement, etc…

L’ESRF  à la pointe de la recherche mondiale, utilise aussi les rayons X  au service de la recherche industrielle,  pouvant ainsi stimuler l’innovation  dans  les nombreux domaines de la   santé et nutrition, énergie et environnement, chimie, matériaux, Ingénierie.

Parmi ses principaux clients  : Arcelor Mittal (France), AREVA (France), CEA (France), Daihatsu (Japon), L’Oréal (France), Pfizer (Royaume Uni), Rhodia (France), Schneider Electric (France), Total (France), Toyota (Japon), etc…

Brasserie du Palais-Anciens Poma

Repas à la Brasserie du Palais   ( cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Visite du musée de l’Innovation industrielle Raymond Boutons

 

Raymond Bouton

 

                                                    Site à consulter :  http://www.museeindustriel.fr/

 

Après le repas pris à la Brasserie du Palais de Justice, une partie des Anciens Poma se sont rendus Cours Berriat, ou des bénévoles retraités  de l’entreprise A Raymond les attendaient, pour les faire voyager dans le temps afin de découvrir l’entreprise familiale.

En 1865, date de la création de A Raymond, trois hommes, Albert-Pierre Raymond, Benoit Allègre, et Alexandre Guttin, se sont associés en vue de produire des boutons. La même année Albert-Pierre Raymond dépose un premier brevet d’invention, concernant une agrafe à diamant encore appelée agrafe en ”T”.

En 1886, la société invente le bouton pression à river. A cette occasion, elle décide de protéger la création dont elle pressent tout le potentiel dans nombre de pays industrialisés, et notamment le Commonwealth britannique, les États Unis d’Amérique, l’Allemagne, l’Italie. Le succès est effectivement immédiat et mondial.

Les caractéristiques de la société sont alors bien établies. une volonté d’apporter de nouvelles solutions de fixation aux autres industriels par une politique d’innovation, de diversification du marché.  Le Réseau A Raymond s’est développé et a évolué au fil du temps. Chaque génération apporte sa pierre à l’édifice et fait preuve de création, tout en capitalisant sur son héritage.

Au milieu du 20° siècle A Raymond lance les premières fixations injectées en matière plastique pour l’automobile ainsi que la création de clips de fixation pour l’électroménager et l’ameublement, suivit par les raccords en plastiques pour les systèmes de carburant automobile et du process simplifié de collage ”Techbond”.

Aujourd’hui l’esprit collaboratif de l’entreprise est au cœur des enjeux futurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.


Laisser un commentaire